Mangeurs difficiles

Mangeurs difficiles

Etre certain que son tout-petit mange en quantité suffisante est la préoccupation de tout parent. Voir son enfant chipoter et refuser de manger certains aliments peut être extrêmement frustrant. Rassurez-vous il existe des solutions pour remédier à ce problème.

Pourquoi mon tout-petit est-il difficile?

Même si cela fait déjà quelques temps que vous donnez des aliments solides à votre tout-petit, cela reste pour lui une expérience assez nouvelle. Il doit encore s'habituer au goût, aux couleurs et aux diverses textures des différents aliments. Les jeunes enfants ont généralement besoin de routines, comme le rituel du coucher ou du jeu, cependant, lorsqu'il s'agit de nourriture, ils peuvent se montrer extrêmement imprévisibles.

Les habitudes alimentaires de votre tout-petit peuvent varier d'un jour à l'autre. Il pourra refuser aujourd'hui les aliments qu'il aimait hier, et inversement. On sait également que les tout-petits ont besoin de temps pour s'habituer aux nouveaux aliments et qu'il faut parfois leur présenter plusieurs fois un aliment avant qu'ils n'acceptent d'y goûter. Cette réaction est en partie due à la baisse de leurs besoins en nutriments découlant d'un rythme de croissance ralenti. C'est également le signe que votre tout-petit devient plus autonome et apprend à faire ses propres choix.

Un enfant qui fait le difficile peut frustrer ses parents, mais c'est également le moment de lui apprendre à manger sainement et lui faire découvrir de nouveaux types d'aliments. Proposer à votre enfant des aliments variés sains et délicieux à différents moments de la journée lui permettra de goûter ces aliments quand il le souhaite et de prendre goût à ces nouvelles saveurs saines. Cela lui donnera des bases solides pour une alimentation saine et diversifiée à l’âge adulte.

Conseils et astuces

Ces conseils (offerts par mayoclincs.org) vous aideront à faire face à votre mangeur difficile.

  • 1. Respectez l'appétit de votre enfant (ou son manque d'appétit)
    Si vous enfant n'a pas faim, ne le forcez pas à manger (qu’il s’agisse des repas ou des collations). De même, ne faites pas de chantage à votre enfant ou ne l’obligez à manger certains aliments ou à finir son assiette. Cela n’aboutirait qu'à déclencher (ou renforcer) sa résistance au repas. De plus, votre enfant pourrait finir par associer les repas à l'anxiété et à la frustration, ou être moins sensible aux signaux de faim et de satiété.

    Servez-lui de petites portions pour éviter de dépasser ses besoins et pour lui laisser la possibilité d'en redemander.

     
  • 2. Ne dérogez pas à votre routine
    Servez les repas et les collations tous les jours aux mêmes heures. Vous pouvez accompagner les aliments de lait ou de jus de fruits 100 % pur jus, mais ne donnez que de l'eau entre les repas et collations. Permettre à votre enfant de consommer du jus de fruit, du lait ou des collations tout au long de la journée est susceptible de réduire son appétit lors des repas.
     
  • 3. Soyez patient avec les nouveaux aliments
    Souvent, les jeunes enfants manipulent ou sentent les nouveaux aliments, et peuvent même mettre de petits bouts d'aliments dans leur bouche avant de les ressortir. Votre enfant aura peut être besoin que vous lui présentiez plusieurs fois un nouvel aliment avant d'accepter de prendre une bouchée.

    Encouragez votre enfant en lui parlant de la couleur, de la forme, de l'arôme et de la texture d'un aliment (plutôt que de lui dire qu'il est bon)


    Servez les nouveaux aliments accompagnés des aliments préférés de votre enfant.
     
  • 4. Rendez les repas ludiques
    Servez-lui les brocolis et autres légumes avec sa sauce préférée. Coupez les aliments dans différentes formes à l’aide d’emporte-pièces. Proposez les aliments du petit déjeuner au dîner. Utilisez toute une variété d'aliments colorés.
     
  • 5. Sollicitez l'aide de votre enfant
    A l'épicerie, demandez à votre enfant de vous aider à choisir les fruits, les légumes et d’autres aliments sains. N'achetez rien que vous ne vouliez pas que votre enfant mange. À la maison, encouragez votre enfant à vous aider à laver les légumes, à mélanger la pâte, ou à mettre la table.
     
  • 6. Montrez le bon exemple
    Si vous privilégiez une alimentation saine et variée, il y a de grandes chances que votre enfant vous imite.
     
  • 7. Soyez créatif
    Ajoutez des brocolis ou des poivrons verts émincés à la sauce spaghetti, agrémentez les céréales de tranches de fruits et mélangez des courgettes ou des carottes râpées aux plats mijotés et aux soupes.
     
  • 8. Limitez les sources de distractions
    Eteignez la télévision et les autres appareils électroniques durant les repas. Cela aidera votre enfant à se concentrer sur son repas. N'oubliez pas que les publicités télévisées pourraient également influencer votre enfant et lui donner envie de sucreries ou d'aliments moins nutritifs.
     
  • 9. N'utilisez pas le dessert comme récompense
    Priver votre enfant de dessert, c'est lui envoyer le message que le dessert constitue le meilleur aliment, ce qui ne fera qu’attiser son attrait pour les aliments sucrés. Vous pouvez instaurer une soirée desserts un ou deux soirs par semaine et ne pas donner de desserts les autres soirs de la semaine, ou redéfinir le dessert en proposant fruits, yaourts et autres aliments sains. 
     
  • 10. Ne cuisinez pas sur commande
    Préparer un repas différent pour votre enfant après qu'il ait refusé le repas préparé initialement risque de le rendre encore plus difficile. Encouragez votre enfant à rester à table pour le repas préparé, même s'il ne mange pas. Continuez à servir à votre enfant des aliments sains jusqu'à qu'il y soit habitué et qu'il les privilégie.

    Si vous craignez que son refus de manger ait une incidence sur sa croissance et sur son développement, consultez votre pédiatre. Il pourra tracer la courbe de croissance de votre enfant. De plus, vous pouvez consigner les types et quantités de nourriture consommée par votre enfant sur 3 jours. Tous ces éléments vous permettront de relativiser. Le fait de tenir un journal alimentaire permettra également au pédiatre de déterminer s'il existe un problème.


    Cependant, rappelez-vous que les habitudes alimentaires de votre enfant ne vont pas changer en un jour, mais que vos efforts quotidiens participent à l'acquisition d'habitudes alimentaires saines.  

Liens utiles

Les liens suivants contiennent des informations utiles concernant les mangeurs difficiles.

Bekijk de desktop website Bekijk de mobiele website