Le reflux chez le nourrisson : causes et traitements

16-09-2019
Le reflux chez le nourrisson : causes et traitements

Près de 90 % des nourrissons présentent des reflux gastriques pendant leur croissance. Tous ne sont pas spectaculaires. La majorité des bébés régurgitent au moins une fois de la nourriture, sans conséquence. Malgré cela, il y a une différence considérable entre " remettre un peu de lait " et ce phénomène. De quoi s'agit-il exactement ? Comment distinguer cette spécificité et trouver des remèdes ? Suivez le guide.

Qu'est-ce que le reflux ?

De façon générale, le spasme gastrique est le retour involontaire et inopiné, du contenu de l'estomac vers l’œsophage. Cette singularité s'appelle le reflux gastro-œsophagien (RGO). Cet état plus ou moins gênant, touche près de 90 % des enfants de moins d'un an. En effet, le sphincter du nourrisson, situé entre l’œsophage et l'estomac, ne s'est pas encore complètement développé. Il atteint sa maturité vers l'âge de 1 an, voire parfois plus tôt, avec la disparition consécutive du problème. Il peut juste gêner l'enfant, mais il arrive qu'à long terme, cette gêne se transforme en douleur, si celle-ci se répète trop souvent.

Les différents types de reflux

Concernant les nourrissons, une RGO se caractérise par 2 types distincts : le reflux ordinaire, sans complications et le reflux latent, caché. Pour le premier cas, votre enfant régurgite l'aliment, en petites quantités. Celles-ci peuvent quelquefois être plus importantes. En principe, tant que le sphincter se développe, ce genre de spasme reste sans danger. Aussi longtemps que votre bébé ne montre aucune gêne face à ces remontées gastriques, qu'il ne pleure pas et qu'il accepte de s'alimenter, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

Pour un reflux caché, les choses se compliquent. Cette forme augmente le contenu de l'estomac et, au lieu de cracher le surplus, l'enfant l'avale à nouveau. Dans certains cas, il va même jusqu'à le remâcher. Ce processus accroît le niveau d'acidité de l'estomac et finit par irriter la paroi de l’œsophage. La douleur apparaît, due à l'irritation et le nourrisson refuse de boire. Il se mettra à pleurer pour signaler ce désagrément. Si le problème persiste sans être détecté à temps, des aggravations apparaissent, comme une déglutition anormale, parfois même des écoulements de sang, recrachés par l'enfant. Les conséquences sont une perte de poids ou bien, un retard de croissance.

Une troisième variante existe, nommée le reflux atypique. C'est la forme la plus grave. Elle nécessite généralement une hospitalisation. Le bol alimentaire de l'estomac se retrouve dans les voies respiratoires, causant des complications. Une bronchite, de l'asthme, une infection de la gorge ou une apnée subite, accompagnés d'un refus de se nourrir, représentent des signes avant-coureurs de ce type de réaction.

Les causes des reflux

Comme dit précédemment, dans la majorité des cas, ils reflètent un sphincter immature. Pour certains, d'autres pathologies peuvent apparaître, comme une obstruction ou une congestion chronique, une allergie alimentaire ou encore, un œsophage rétréci. Pour vous assurer du bon diagnostic, parlez-en à votre pédiatre. Il en déterminera la cause exacte.

Les symptômes des spasmes gastriques aggravés

En dehors des remontées courantes de nourriture, les manifestations suivantes sont à prendre en considération :

  • des pleurs intempestifs et des vertiges,
  • il refuse les aliments ou boit avec difficulté,
  • son sommeil est perturbé,
  • il a souvent le hoquet,
  • il présente fréquemment des nausées,
  • il redemande à boire, peu de temps après le dernier biberon,
  • il a une mauvaise haleine.

Si un ou plusieurs de ces symptômes se combinent avec un reflux quasi-systématique et abondant, consultez sans attendre votre pédiatre. Après auscultation, celui-ci déterminera si votre enfant souffre d'une forme aiguë de RGO et proposera un traitement adéquat.

Comment réduire le risque de reflux ?

Bien que régurgiter pour un nouveau-né soit normal, il n'en reste pas moins que ce renvoi peut être désagréable pour l'enfant. Surtout si les quantités régurgitées sont importantes. Pour rendre ce moment plus supportable pour votre chère tête blonde, observez ces quelques conseils :

- présentez-lui de plus petites quantités de lait à boire, en les répartissant en plus grand nombre, sur la journée. Gardez-le debout, au moins une demi-heure après la tétée.

- épaississez ses aliments et son biberon. Cette action diminue le risque de reflux gastrique. Pour ce faire, utilisez de la farine de graines de caroube. Cet aliment est un épaississant naturel, grâce à sa teneur élevée en fibres. Il régule également le transit intestinal et joue un rôle favorable sur la diarrhée. Cette farine est exempte de gluten. Elle s'ajoute facilement dans le biberon. Veillez à la choisir sans conservateur et sans produit chimique.

- portez votre bébé contre vous, à l'aide d'une écharpe porte-bébé. Ces instants privilégiés apportent réconfort et sécurité pour votre enfant. Ces moments de tendresse vous procurent chaleur et douceur. Mais avant tout, cette position empêche les retours des aliments.

- gardez à l'esprit que presque tous les bébés subissent des montées gastriques, en ingurgitant leur lait. Ces désagréments sont temporaires et la plupart de ces reflux s'estompe au bout d'un an. Pour apaiser vos doutes, consultez un spécialiste en pédiatrie. Il posera rapidement un diagnostic et vous indiquera des conseils appropriés.

À propos de Kabrita

Le lait maternisé Kabrita est un lait de chèvre doux, d'origine néerlandaise. Il est en parfaite conformité avec les dernières avancées scientifiques en vigueur. Il a été élaboré pour procurer tous les nutriments essentiels à la croissance, avec un procédé de livraison adapté. Kabrita est un lait de chèvre, dont la chaîne de fabrication est entièrement conçue aux Pays-Bas.